Skip to content

Le rôle des parties prenantes externes et de la gouvernance

La gouvernance interne autour du label

La labellisation de chaque produit/service ou solution est possible dans toutes les branches de l’entreprise et s’appuie donc sur de nombreux acteurs : 

  • Les équipes opérationnelles qui veulent présenter un dossier de labellisation, 
  • Les comités de validation (internes ou incluant les parties prenantes externes), 
  • Le vérificateur externe.

Pour veiller au bon déroulement du processus et à l’accompagnement des équipes dans leur labellisation, une gouvernance interne a été mise en place. Elle s’articule autour de deux piliers :

  • Le secrétariat général de Total Ecosolutions : il veille au bon déroulement du processus de labellisation, fait l’interface avec le vérificateur externe et organise les comités de validation. Il anime et propose aussi les réflexions d’évolutions du label et du programme Ecosolutions.
  • Les coordinateurs Total Ecosolutions de chaque branche de l’entreprise : ils sont les points d’entrée du processus de labellisation pour les équipes qui veulent présenter un dossier. Ils les accompagnent ensuite tout au long du processus, jusqu’à l’obtention du label.

Une gouvernance inclusive pour une meilleure transparence et robustesse

Dans un souci de transparence et pour être en phase avec les attentes croissantes des clients et de la société civile, le programme Total Ecosolutions intègre à sa gouvernance des parties prenantes externes. Il s’agit d’experts indépendants, d’universitaires ou encore des représentants de centres de recherches internationaux. Leur expertise vient compléter, enrichir et renforcer l’ambition de la démarche. 

Depuis 2018, les parties prenantes externes contribuent au Comité de pilotage du Programme Ecosolutions et prennent ainsi part aux discussions sur l'orientation stratégique. Leur contribution ne se limite donc pas à l'orientation du label mais au programme dans son ensemble. C'est grâce notamment à cette gouvernance inclusive qu'a été lancé en 2018 le projet pilote "Eco-Impact".